On apprend à reconnaître les forces sous-jacentes; on apprend la préhistoire du visible. On apprend à fouiller les profondeurs, on apprend à mettre à nu. »

-Paul Klee

*Denis Marleau
Kim Nguyen, réalisateur
René Chénier, producteur

Réalisateur québécois, Kim Nguyen étudie le cinéma et fonde la compagnie Studios Shen, qui lui permet de développer des méthodes de postproduction axées sur la recherche artistique. Il tourne deux courts avant de proposer en 2002 son premier long métrage, Le Marais. Depuis, il a scénarisé, réalisé et produit Truffe (2008), primé au Fresh Film Fest de Karlovy Vary (République tchèque) et à l’Austin Fantastic Fest (Texas). En 2010, il réalisait La Cité, son troisième long métrage.

Denis Marleau

Prix de la réalisation artistique 2012 (Théâtre)

Metteur en scène, scénographe et directeur artistique

Grande figure du théâtre québécois, Denis Marleau est metteur en scène, scénographe, adaptateur et créateur d’installations théâtrales dont le rayonnement déborde largement les frontières du Canada. Sa démarche artistique se distingue par des choix dramaturgiques audacieux, une direction de jeu méticuleuse et l’utilisation novatrice des technologies du son et de l’image. Fortement nourries d’arts visuels et de littératures, ses créations approfondissent aussi une réflexion sur le langage et sondent les limites de la représentation. Souvent programmé au Festival TransAmériques à Montréal et dans de prestigieux festivals à l’étranger, dont celui d’Avignon, Denis Marleau est devenu, en 2011, le premier metteur en scène canadien invité à diriger une pièce à la Comédie-Française à Paris.

Né en 1954 à Valleyfield au Québec, il effectue sa formation d’acteur au Conservatoire d’art dramatique de Montréal et étudie en Europe avant de fonder en 1982 la compagnie de création UBU, dont il partage la direction avec Stéphanie Jasmin. À la barre du Théâtre français du Centre national des Arts de 2000 à 2007, il met sur pied les Laboratoires du Théâtre français, une plate-forme de formation destinée aux praticiens de la scène canadienne. Il dirige par ailleurs des stages au Canada, en Europe et au Mexique.

Denis Marleau se fait d’abord remarquer pour ses collages tirés des avant-gardes du XXe siècle et des artistes de la modernité—Schwitters, Beckett, Pessoa, Bernhard, etc. Tout en proposant une approche singulière des auteurs classiques (Sénèque, Shakespeare, Goethe), il s’intéresse aux écritures d’aujourd’hui et monte des œuvres de Normand Chaurette, Jon Fosse, José Pliya et Elfriede Jelinek, notamment. Dans cet éventail aussi ouvert de spectacles, il pousse le souci de cohérence formelle à un niveau rarement atteint, toujours en quête d’un théâtre d’art qui accorde la primauté au texte.

Parmi ses productions, mentionnons : Merz Opéra (1987), Les Ubs (1991), Roberto Zucco (1993), Maîtres anciens (1995), Nathan le sage (1997), Les Reines (2005), Othello (2007), Une fête pour Boris (2009) et Agamemnon (2011). La fantasmagorie technologique Les aveugles (2002), saluée par la presse internationale, tourne encore aujourd’hui à travers le monde, dix ans—et quelque 700 représentations—après sa création au Musée d’art contemporain de Montréal.

Au fil de son parcours, Denis Marleau a remporté de nombreux prix dont celui de reconnaissance du Conseil des arts de Montréal en 1996, le Prix du Centre national des Arts (PGGAS) en 1998 et plusieurs autres distinctions de l’Association québécoise des critiques et de l’Académie des masques. Il a été nommé chevalier de l’Ordre national du Québec en 1999, chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la France en 2002 et officier de l’Ordre du Canada en 2011. Il a également reçu des doctorats honorifiques de l’UQÀM et de l’Université Lumière Lyon 2.