Denys Arcand

Prix de la réalisation artistique 1995 (Cinéma)

Ne pouvant devenir un grand joueur de tennis, comme il le désirait, Denys Arcand s'est tourné vers le cinéma ... pour le plus grand bonheur du Canada ! Historien de formation, il a apporté à son art la vision poétique de l'artiste et sa très grande sensibilité. Tournant d'abord des documentaires pour l'Office national du film, il a pris le parti de traiter de problèmes sociaux avec l'objectivité d'un historien.

Il a ainsi prouvé qu'on pouvait, à partir de ses propres expériences, réaliser des films qui auraient une résonance universelle. En 1986, Le Déclin de l'empire américain lui a valu de nombreux prix, y compris le Prix de la critique au Festival de Cannes, neuf prix Génie et une mise en candidature aux Oscars. Jésus de Montréal a, pour sa part, remporté vingt distinctions, dont une nomination aux Oscars, douze trophées Génie et le Prix du jury à Cannes, ainsi que le Prix oecuménique attribué au film présentant le mieux les valeurs humaines fondamentales. à la suite de ce succès, les offres de l'étranger abondaient, mais son souci de l'équilibre le ramène toujours dans le milieu qu'il préfère, avec sa famille, ses amis et où il peut pratiquer ses sports favoris.

Il a tourné son premier film en anglais, Love and Human Remains, en 1993, et travaille en ce moment à un scénario sur le thème de la beauté. Il est Officier de l'Ordre du Canada.